Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Chant Grégorien Au Thoronet

  • : Le blog de Chantgregorien - les Chantres du Thoronet
  • Le blog de Chantgregorien - les Chantres du Thoronet
  • : Blog dédié aux Chantres du Thoronet, qui, de mars 2008 à décembre 2015, ont chanté chaque dimanche à 12h, une messe grégorienne (célébrée en rite ordinaire). Spécialisés dans la restauration du chant grégorien selon les manuscrits médiévaux, Les Chantres enregistrent des disques et donnent des concerts en France et à l'étranger.
  • Contact

Rechercher

/ / /

Les concerts grégoriens à l'Abbaye du ThoronetPupitre

 

par Les Chantres du Thoronet, dir. Damien Poisblaud

 

Le chant liturgique latin que l’on dit « Grégorien » est issu de différents répertoires allant de l’Espagne aux Gaules du Nord-Est, en passant par l’Aquitaine, l’Italie du Nord et… Rome. Il est généralement connu, depuis le début du XXe siècle, comme un chant essentiellement choral. L’histoire nous le présente aussi comme un répertoire de soliste merveilleusement riche, où il est fait appel à la virtuosité de chantres très expérimentés.

Les longs mélismes que l'on rencontre tout particulièrement dans les versets des antiennes d'Offertoire, montrent le formidable développement qu'ont connu ces pièces vers l'époque carolingienne. Tombées progressivement dans l'oubli depuis le Moyen-Age, ces pièces ont pourtant constitué, semble-t-il, le morceau de bravoure des chantres.

Qui dit chant mélismatique dit habituellement chant orné. Toutes les traditions musicales, tant occidentales qu'orientales, attestent de l'importance des ornements de la voix. Les premiers manuscrits latins en font d'ailleurs état systématiquement, et l'extrême précision avec laquelle ces effets de voix sont consignés laisse penser qu'il s'agissait là d'une pratique générale où les chantres devaient faire preuve d'un savoir-faire certain. « Voce et arte » « avec voix et avec art » enseignait Raban Maur en 840.

Si elle est synonyme d'un art accompli, l'ornementation peut cependant devenir un piège où s'enlise la musique et où se perd le texte. Plus qu'un appendice destiné à enjoliver, elle remplit la fonction essentielle d'articulation au sein d'un mouvement mélodique. C'est elle qui permet de trouver les bons appuis, de répartir l'énergie de la voix, de mettre en relief ce qui doit l'être, de telle sorte que la mélodie trouve son équilibre dynamique et que par là, le texte soit bien dit.

Le chanteur occidental moderne devra donc apporter un soin tout particulier au sens que peut avoir cette ornementation. Loin d'être une difficulté à surmonter, elle l'aidera au contraire à trouver les intervalles justes (non-tempérés), à organiser le développement mélodique et à procéder à l'émergence du texte. Les inflexions de sa voix devront épouser le graphisme ô combien précis des copistes médiévaux, dont la plume ne faisait au fond que transcrire ce que l'oreille entendait. Il devra discerner ce qui relève du procédé vocal ou du développement mélodique lui-même.

Que les injonctions de Grégoire le Grand (590 - 604) pour mettre un frein aux extravagances et à la vanité des chantres virtuoses, ne fassent pas oublier le souci constant de l'Eglise latine de magnifier la Parole de Dieu à travers le chant d'église. « Que le jeune homme ne manque ni de prestance ni d'agilité » enseignait le maître Alcuin à Amalaire de Metz. Le chantre doit atteindre la « libertas canendi ». La liberté de celui qui possède pleinement son art, sans doute...

La composition musicale fait de ces Antiennes d'Offertoire, un répertoire unique par la vivacité de ses couleurs, ses contrastes surprenants, son extraordinaire liberté d’expression. Les gestes et les postures des personnages évoqués rappellent ceux que l’on trouve dans l'iconographie médiévale ou sur les vitraux : Moïse prosterné, tournant son visage vers Celui qu’il supplie ; Job accablé par sa ruine, levant les yeux vers le Ciel d’où il attend un nouveau bonheur ( ut videat bona...); Dieu dévalant les pentes du Sinaï à la rencontre de Moïse ou passant dans le souffle d'une brise (dum pertransiero...)

C’est ici à la voix de peindre les couleurs, de sculpter les visages, de modeler les corps, de faire vibrer les poitrines priantes et suppliantes, de sourire à la vie intense qui palpite au cœur des notes !

 

Damien Poisblaud

 

Ecouter/ Listen to  CD "Les GRANDS OFFERTOIRES GREGORIENS"  

 

Partager cette page

Repost 0
Published by